Jules Verne - yves pinguilly site

Aller au contenu

Menu principal :

Mixage

JULES VERNE
L'aventure, l'éducation, la récréation







Jules Verne naît à Nantes, en 1828. Plus précisément, il naît dans une île, l'île Feydeau, alors enserrée entre les bras de la Loire. Cette île devenue aujourd'hui un des beaux quartiers de la ville, reste ornée de riches demeures construites par les planteurs de Saint-Domingue.
En 1828, l'île Feydeau est ouverte sur le monde. Elle se trouve à quelques encablures du célèbre quai de la Fosse et touche le principal port de Nantes qui est un des plus grands du monde, à cette époque où la République n'a pas encore aboli l'esclavage dans ses îles à sucre.
Les lieux comme les dieux agrandissent l'imaginaire certainement. Le jeune Jules Verne, de l'île Feydeau à Chantenay où ses parents possèdent une résidence sur les bords de la Loire, en passant par ce quai de la Fosse où son père a son étude d'avoué, rêve aux mondes connus et inconnus ! L'univers est égal, oui, à son grand appétit…
Quelques années plus tard, c'est dans la grande machine de l'alphabet qu'il jettera de l'électricité, de la vapeur, plus toutes les sciences et techniques de son époque, pour réaliser des " Voyages extraordinaires ".
Jules Verne, après avoir écrit dans sa jeunesse quelques poésies, pièces de théâtre (comédies et opérettes) et nouvelles, pensera à composer une suite d'histoires aventureuses en mêlant à la littérature toutes les découvertes scientifiques de son époque. Pour ce faire, il devra réaliser tout au long de sa vie un énorme travail encyclopédique, afin de tout apprendre. Tout !
Ses soixante deux romans (et ses quinze nouvelles), qui paraissent sous le titre général de " Voyages extraordinaires ", sont à divers titres des romans d'Aventure. On y trouve aussi le merveilleux qui émerge des découvertes de l'époque, voire l'étrange ou le fantastique, qui apparaissent à la frontière de ce qui est déjà expliqué et de ce qui reste inexplicable.
Là où les preuves manquent encore, l'imaginaire de Jules Verne invente les solutions…
Dans Le Tour du monde en 80 jours, Phileas Fogg, le héros, gagnera son pari qui est de boucler le tour complet du monde en quatre vingt jours, soit précisément dix-neuf cent vingt heures ou cent quinze mille deux cent minutes.
Heureusement, en tournant autour de la Terre toujours face au soleil, Phileas Fogg et son si dévoué serviteur Passepartout feront mentir les meilleures montres… Tout le roman est construit sur la précision maladive de l'excentrique Phileas Fogg, et cette précision si sûre d'elle-même fait que le lecteur se trompe comme le héros : en tournant autour de la Terre, vers le levant, quand on revient précisément à son point de départ on a gagné un jour, pour que la Terre fasse une révolution sur elle-même.
Le pari gagné par Phileas Fogg est un hommage à la machine à vapeur. C'est elle qui permet les performances du train et du bateau. Mais si Jules Verne rend hommage aux progrès techniques pendant les quatre-vingts jours du récit, il montre aussi qu'à cette époque de révolution industrielle et de naissance de la société capitaliste moderne il faut compter avec le " dieu " argent. Les bank-notes de Phileas Fogg lui permettent de franchir bien des obstacles !

Phileas Fogg ne serait que le comble de l'excentricité et du déraisonnable -sans plus-, si Jules Verne ne nous offrait, par la performance de son héros, un exploit sportif. Exploit oui, où l'invention, l'imagination, le courage, le savoir faire, et l'amour même, viennent rythmer l'histoire. Alors vraiment que d'aventures : en train, en bateau à voiles et à vapeur, à dos d'éléphant, en traîneau à voile… Et, pendant ces quatre-vingts jours, les héros sauvent une jeune femme qui doit être sacrifiée, ils échappent de justesse à la prison en Inde, ils se battent avec les Indiens d'Amérique, ils affrontent les tempêtes des océans et ils sont suivis par l'inspecteur Fix qui ne leur veut que du mal !
Le Tour du monde en 80 jours est un grand roman populaire. Il est aujourd'hui encore, une invitation au voyage, pour s'attarder dans les lieux que ni Phileas Fogg ni Passepartout n'ont eu le temps de visiter.
(postface à l'édition Le tour du monde en 80 jours, parue Chez Nathan, dans la collection Pleine Lune, en 2000)


Y.P.








 
Retourner au contenu | Retourner au menu