Les larmes du fleuve - yves pinguilly site

Aller au contenu

Menu principal :

Bibliographies > Meli Melo Livres

LES LARMES DU FLEUVE




Ce roman est marqué par la vie quotidienne de la République Centrafricaine, que l'auteur se plait à appeler la République du Juste Milieu, comme il l’a fait dans d’autres textes. L'histoire fait écho à des pratiques traditionnelles ou pas, que l’on rencontre dans les grands ou petits quartiers de Bangui, la capitale.
Yassépassio l'héroïne principale est au début du roman une simple petite fille, petite bonne qui vit des situations d'esclavage. Mais elle est belle. Elle sera repérée par un grand, un de ces privilégiés qui est en haut du haut… Mais, en dehors de toutes les sorcelleries ambiantes, cette petite là a plus d'un tour dans son sac !

Yves Pinguilly une fois de plus écrit volontairement une langue française,  qui apparaîtra souvent chahutée à quelques traditionalistes, dans la narration comme dans les dialogues. Il tient à cette langue choisie, voisine des paroles de la rue africaine.
Ainsi Les larmes du fleuve, donnent à lire bien des inventions langagières d’Afrique Centrale, mais aussi des langages apportés au cœur de l'Afrique par les médias et les voyageurs d’Afrique de l’Ouest.

Bien sûr, les lecteurs occidentaux qui ont en tête l’Afrique des vacances avec ses safaris ou ses longues plages bordées de cocotiers seront très surpris. Mais l’Afrique, dans ses réalités du début du vingt et unième siècle reste à la dérive et dans une majorité de pays les indicateurs concernant la santé, le travail, l’éducation, l’espérance de vie, sont dans le rouge. Les situations d’esclavage n’y sont pas exceptionnelles. La vie des simples femmes y est toujours une course d'obstacles.
Les larmes du fleuve, n’est en rien un reportage, mais l’imaginaire de l'auteur n’a bien sûr pas d’autre source que la vraie vie !
éditions : Big Bêafrîka 2013






 
Retourner au contenu | Retourner au menu