Prelude - yves pinguilly site

Aller au contenu

Menu principal :


LA TERRE EST RONDE ET EN PLUS ELLE TOURNE








JE SUIS NOMADE.

C'est vrai que mon coeur est là, ancré aux frontières de l'Armor et de l'Argoat de ma Bretagne... Mais toujours l'alphabet m'a fait mettre les voiles ! Ainsi, si je me souviens bien c'est depuis mon premier âge que j'ai le coeur métissé.
Enfant, j'ai cru que le bout du monde était atteignable. Alors, jeune adolescent mon initiation fut de partir tourner autour du monde, mais sans rien découvrir d'autre sous les dentelles des sept mers, que des commencements.
Plus tard - et aujourd'hui encore - j'ai continué à chercher comme un marin fou, ce bout du monde qui n'existe pas.
Je persiste à quitter l'ici pour l'ailleurs. Partir. Ailleurs, toujours ailleurs, comme pour accélérer l'écriture qui seule sait un moment achever mon exil dans ce monde. Les voyages attendent là, à ma porte. Et aujourd'hui, mes voyages sont une fois sur deux vers le continent africain. Je sais bien qu'en Afrique il n'y a pas plus à voir qu'ailleurs et que là-bas on ne peut même pas se découvrir plus : c'est toujours en nous que se cache l'autre nous-même.
Aujourd'hui de Ploumanach qui est dans le Trégor à la Porte des Pleurs qui s'ouvre sur la Mer Rouge et à l'Est de l'Est et au Nord du Nord, et derrière le Sud et après tout l'Ouest, je tente par l'écriture d'aller au bout de l'alphabet, comme si le Z était atteignable lui ! Comme s'il était l'absolu, le terme, la fin de l'infini...









Heureusement j'ai toujours eu le pied marin, ce qui m'a bien servi au coeur même de la grande forêt équatoriale.








































 
Retourner au contenu | Retourner au menu